les actualités

RSS

La nuit des albinos | Mario Bolduc


Résumé :
 

Tanzanie – Afrique de l'Est. Ne s'étant jamais remis de sa rupture avec l'avocate Valéria Michieka, Max O'Brien conserve l'espoir de renouer avec elle. Mais Valéria est sauvagement assassinée avec sa fille, Sophie. Bouleversé, Max décide de traquer les coupables. Le triste sort des albinos africains, ces Noirs à la peau blanche auxquels on prête des pouvoirs surnaturels, se trouve bientôt au coeur de son enquête : enlèvements, mutilations, membres et organes utilisés comme amulettes…L'enquête de Max le met en contact avec une Afrique désireuse d'afficher sa modernité, mais encore aux prises avec des superstitions d'un autre âge. Un voyage à haut risque, jalonné d'embûches et de mystères…

Source : Les Libraires

Notes bibliographiques de l’auteur (auteure) :

Né en 1953 à Beauceville, il est scénariste, réalisateur, producteur, monteur et écrivain. Après des études en cinéma à l'université York (Toronto), Mario Bolduc travaille dans le domaine du cinéma et de la télévision, notamment à titre de scénariste. Il anime depuis plusieurs années des ateliers d'écriture à l'École nationale de théâtre du Canada. En 2004, paraît Cachemire, un polar mettant en vedette pour la première fois l'escroc international Max O'Brien, qu'on retrouve dans Tsiganes et La Nuit des albinos. Ces deux romans ont obtenu le Prix Arthur-Ellis en 2008 et 2013. En 2014, Mario Bolduc participe au recueil Crimes à la librairie, publié chez Druide, avec la nouvelle Mon combat. Il signe, avec Le Tsar de Peshawar, son quatrième polar.

Source : Libre Expression

Point de vue de Liratout :

Le roman nous instruit sur la tragédie du sort réservé aux noirs à la peau blanche, un trafic humain révoltant et inimaginable. Par contre c’est le thriller dont l’écriture est plutôt ordinaire et sans grande recherche, qui prend le dessus. Certains passages sont durs; les aller-retours de l’Afrique aux États-Unis donnent du rythme mais déconcertent aussi. Le déroulement est plutôt rocambolesque tout en clichés.  Le personnage principal qui campe un détective un peu escroc et qui peut faire tout ce qu’il veut est peu crédible. L’auteur est scénariste et cela se sent. Les avis sont partagés; le livre provoque la curiosité au sujet de la tragédie vécue par les albinos d’Afrique encore bien réelle aujourd’hui. Le côté thriller prend le dessus et peut décevoir parce que caricatural et sans profondeur. Majoritairement Liratout n’a pas été emballé par ce livre.