les actualités

RSS

Lancement du projet le Rucher Collectif


Quand nos abeilles disent bonjour aux montagnes!

C’est par un soleil radieux, au pied des pentes 40-80 de Sainte-Adèle - rebaptisée pour l’occasion  Sainte-Abeille des Pays-d’en-Haut- qu’a été lancé le Rucher Collectif le 28 juin dernier.

Initié par Michel Bélanger, agent de projet pour le REPAS, et appuyé par la Ville de Sainte-Adèle, ce projet d’apiculture urbaine communautaire a pour objectif de sensibiliser la population aux enjeux environnementaux, à la fragilité de la biodiversité, à la sécurité alimentaire et aux valeurs associées à travailler ensemble.

« Je souhaitais concrétiser un projet autour de l’idée de rassembler et lorsque j’ai vu  un reportage sur les abeilles en ville, leur sens de la solidarité et que pour survivre, elles n’ont pas le choix de travailler ensemble, mon filon était trouvé », explique Michel Bélanger. « Les abeilles seraient le liant naturel. Elles sont comme des lanceurs d’alerte envoyés par dame nature pour nous dire qu’il y a péril en la demeure. Notre planète, notre biodiversité et notre chaîne alimentaire sont intimement liés à celui des abeilles et autres pollinisateurs.»  

D’ailleurs, 50 % des abeilles du Québec ont disparu en 2018, contre 21 % en 2017 et 16 % en 2016. Le problème du déclin des abeilles n’est pas à prendre à la légère. Grâce à la pollinisation, elles sont responsables de près de 90 % des productions de bleuets, de pommes, de canneberges, de concombres, de framboises, de café, de cacao etc. Sans abeilles, nos régimes alimentaires seront déséquilibrés.

Un outil pédagogique et d’éveil social

Pour sa première année d’existence, le Rucher Collectif possède deux ruches qui sont sous la supervision de Marc Beaulieu, apiculteur. Trois ateliers de sensibilisation au monde des abeilles seront offerts aux petits comme aux grands. Le premier se fera dans le cadre du marché d’été de Sainte-Adèle, un autre auprès des plus jeunes et le dernier, lors de la fête des récoltes à l’automne, qui sera l’occasion de découvrir la personnalité de notre miel, son goût et sa couleur très distinctive. Une page Facebook sera aussi créée, le Rucher Collectif.

Contrairement à la croyance populaire, la ville constitue un environnement idéal pour les abeilles compte tenu de la réglementation anti-pesticide favorisant leur survie, de la grande diversité florale dont elles pourront se nourrir, et des parcs et jardins qu’elles polliniseront. Élever des abeilles en ville représente un premier pas vers leur protection, ainsi que vers la promotion de la biodiversité et la transmission du savoir des apiculteurs urbains par le truchement d’activités accessibles aux petits comme aux grands.

S’inspirer des abeilles et travailler ensemble

« Qu’est-ce qu’on peut faire, chacun pour soi, qui aura un impact sur notre environnement, notre biodiversité et notre chaîne alimentaire? Le fait même de faire pousser des fleurs chez soi contribue à cet effort en donnant à manger aux abeilles. Nous en récolterons collectivement, les fruits. », renchérit Michel Bélanger.

Le Rucher Collectif, une histoire d’entraide entre la communauté et les abeilles, est rendu possible d’une part, grâce à la contribution des Castors qui ont donc travaillé ensemble pour fabriquer et vendre des bougies au marché de Noël de Sainte-Adèle afin d’amasser des fonds et d’autre part, par le soutien de la MRC des Pays-d’en-Haut et des 8 organismes du REPAS qui travaillent ensemble et dont une des missions est de permettre aux gens qui ont faim, de mieux s’alimenter tout en brisant l’isolement. Le projet reçoit aussi l’appui de la députée de Bertrand, madame Nadine Girault, de la Ville de Sainte-Adèle et de la Chambre de commerce de Sainte-Adèle.

À propos des Castors et de REPAS

Les Castors des Pays-d’en-Haut est un collectif dont la mission est de favoriser l’inclusion sociale des personnes en situation de handicap en les encourageant à s’impliquer bénévolement dans des causes au profit de notre communauté.

La mission du REPAS est d’unir les partenaires en sécurité alimentaire afin de favoriser l’entraide, l’information et le partage d’expertise.